Espère

Erfurt le 16 décembre 1914

(Air Marinette)
Premier couplet
Je veux conter l'histoire
Des pauvres prisonniers
Qui cherchent la victoire
Et ne peuvent la délier.
Les soldats qui les gardent
Veillent jalousement
Aux questions du sentiment
Et jamais ne s'attardent
Ils ont bien du malheur
Ils revivront des jours meilleurs

Refrain
Espère, toujours espère
Car tout là-bas la bonne mère
La mie et ta Patrie
Tu les reverras pour toujours

Deuxième couplet
La paille de la tente
Désormais c'est leur lit
Et la faim tenaillante
Sur eux va fondre aussi
Qu'ils soient soldats de France
Belges, Russes ou Anglais
Ils sont pleins de confiance
Mais ne désespèrent jamais
Pour mieux les consoler
Bientôt reviendra la gaîté

au refrain

Troisième couplet
Ensuite le commerce
Fait son apparition
Marchandises diverses
Monnaie d'or, d'argent et de billon
Et dans toute la rue
Le marché tient son cours.
C'est une vraie cohue
Qui recommence tous les jours
Les objets défendus
Sont toujours les mieux vendus

au refrain

Quatrième couplet
Puis ainsi qu'à Trouville
On peut faire son jeu
Comme dans cette ville
Faire Charlemagne si l'on veut.
Après à la cantine
Se payer des extras
Le menu des cuisines
Bien souvent ne suffit pas
Puis en guise de piston
Boire de l'eau comme unique boisson

au refrain

Cinquième couplet
Dans la nuit avancée
Il est des cours obscurs
Et dont la renommée
N'en fait pas des endroits bien surs.
De même qu'à la barrière
Aux paisibles bourgeois
L'apache fait par derrière
Le fameux coup du père François
Y a plus de réclame souvent
Pour les filous qu'pour les braves gens

au refrain

Sixième couplet
La paix après la guerre
Bientôt va revenir
Les travaux de naguère
S'ront pour un instant proche à venir.
Soldat laisse tes armes
Redeviens laboureur
Travail sèche tes larmes
Et que dorénavant
Soient taris ses fleuves de sang

au refrain

Retour