Le légionnaire

Auteur Paul Dalbret 1876-1927
En cliquant ci-dessous vous pourrez entendre Paul Dalbret, un chanteurs de charme de la Belle Epoque : Enregistré en 1911

                          Legionnaire.htm

Le légionnaire



Depuis longtemps la raison du plus fort
Tenait courbés deux bons vieux de l'Alsace
Qui dans leurs cœurs opprimés par le sort
L'amour de France était toujours vivace.
Lorsque son fils atteignit dix huit ans
La pauvre mère soupira les mains jointes
Vas vite en France t'engager mon enfant
Tu ne dois pas servir les casques à pointes.

Refrain
Lorsqu'à Nancy au bureau de recrutement
Il vint joyeux signer son engagement,
Le sergent dit regardez-moi cette caboche
Dans leur pays lorsque ça n'a plus de pain
Ça vient chez nous espionner son prochain
Pour la légion c'est encore un sal'boche

En Algérie son accent Alsacien
Dont il n'avait jamais su se défaire
Le laissait prendre pour un vulgaire Prussien
Et le détestait les autres légionnaires
Les rengagés ne pouvait le souffrir.
Il avait beau suivre la droite route
Tous les prétextes étaient bons pour punir
La tête carrée, le mangeur de choucroute

Refrain
Il écrivait souvent à sa maman
Je suis heureux car dans mon régiment
On me dorlote on me fait pas d'reproche
Puis essuyant ses larmes qui coulaient
Le pauvre gosse pensait, elle mourrait
Si elle savait qu'on m'appelle l'alboche.

Les légionnaires sont partis au Maroc
Un jour surpris par une fusillade
Le capitaine voulant éviter le choc
Tombe malgré lui sous le feu d'une embuscade
Mais l'Alsacien s'élance comme un lion
Sauve l'officier pendant que les coups approchent
Quand le colonel lui demanda son nom
Il répondit, on m'appelle l'alboche

Refrain final
Devant tout le monde son chef le décora
En s'écriant, rappelez-vous braves soldats
Que dans la légion il n'y a pas de différence
Quand le drapeau vous conduit au succès
Il n'y a pas d'allemands, d'italiens ou d'anglais,
Nous sommes tous des enfants de la France

Retour