Le mariage de Mariota


Joseph Rémaut, historien local originaire de Bernos, a fait paraître ce texte en 1947 dans les "Chroniques bazadaises". Ce pamphlet ironise sur la conduite du curé d'Artiguevieille et de sa servante.


Retour



Occitan bazadais

Dens una parropia dou Basadés abandonada a la Revoluciun, i a d’aco dus cents ans, lo bon curè d’Artigavielha awè per gouja la Mariota, una vitona bien plantada que de tres legas a la ronda n’awè pas la parèlha per vos mastar de la bouna cosina : la garbura de cuja, lo salmis de paloma, la cruishada de milh, las micas, la tortièra.
De tot aquo, Mossur curè se regalava è los collègues de la région n’èran jalos a crebar.
Las meishantas lengas didèvan que la Mariota et lo curè partajavan lo même leit ; la nabèla èra arribada a las aurelhas de son superiur l’Archevesque.
Lo Pierilhot assurava lo servici de segrestan e quan avè sonat las clochas, avè bien soven declarat a Mariota la voler esposar, mès la Mariota de responer a son sopirant :
-E que dirè Mossur Curè ?
-Que diantra, disèva lo Pierilhot, seras ma femme, lo Bon Diu es mei fort qu’un curè !
Cèrtèn desseir, l’antgelus autanlèu sonat, mossur curè envita lo Pierilhot a sopar et heser la velhada. I avè micas et bon vin, et taben la Mariota. Ah ! mon amic, quala bona suarada, aquo n’èra lo paradis !
Tot aquo de costat, los comeratges de lavadeirs tracassavan lo Pierilhot neit et jorn e lo gran problème consistava a saber se la Mariota dromiva tota soleta.
Mijanèit vinève de sonar, moussu curè montava dens sa crampa per se’n anar dromir e Mariota se’n èra anade cercar un hagot de branquilhas per lo huc deu matin.
Pierilhot attrapa las espincetas dens la chaminèia, las entortilha dens un torchon que secava su chaminau e las forra dens lo lèit de la goja, au honç de la cosina per darreir un ridèu. E dempui aqueth jorn, impossible a la cura de trobar aqueras espincetas.
Mariota, au bot de la semana en hèi part au segrestan qu’arrisèva devath son gran beret et que declarèt tot sec a la Mariota conèisher la cachota e li miar tot dret. E Pierilhot de diser que se la Mariota avè dromit dens son leit, aurè trobat las espincetas lo purmeir dessèir. Fort d’aquera pruba formela, lo Pierilhot s’aprocha de la Mariota tota confusa e li dit a l’aurelha :
-« Se consentes a devenir ma femme digun ne coneishera l’istuara. Aquo sera noste segret dinc a la mort ».
Mariota, per esvitar lo scandale, se fiança au Pierilhot et lo dessèir, content pour dus, lo segrestan ne’n sonnèt l’antgelus bien mei longtemps que los autes jorns et dab duas clochas au loc d’una. Tres mes après, lo bon curé d’Artigavielha celebrèt aqueth maridatge e l’archevesque li procurèt une navèra goja qu’avè shèissanta ans bien sonats.
N’ei pas besonh de vos balhar explicacions, tot lo monde aura comprès perqué !

Jauseph REMAUT

Traduction (Henri Portes)

 Dans une paroisse du bazadais abandonnée à la Révolution, il y a de cela deux cents ans, le bon curé d'Artiguevieille, avait pour servante la Mariota, une luronne bien plantée qui n'avait pas sa pareille à trois lieues à la ronde pour vous faire de la bonne cuisine : la soupe de citrouille, le salmis de palombe, la cruchade de mil, les miques, la tourtière.
De tout cela, monsieur le curé se régalait et les collègues de la région en crevaient de jalousie.
Les mauvaises langues disaient que la Mariota et le curé partageaient le même lit ; la nouvelle était parvenue aux oreilles de son supérieur l'archevêque.
Le Pierilhot assurait les fonctions de sacristain et après avoir sonné les cloches, il avait bien souvent déclaré à Mariota qu'il voudrait l'épouser, mais la Mariota répondait à son soupirant :
- Et que dirait monsieur le curé ?
-Que diantre, disait le Pieirilhot, tu seras ma femme, le Bon Dieu est plus fort qu'un curé !
Un certain soir, aussitôt après que l'Angélus ait sonné, monsieur le curé invita le Pierilhot à souper et faire la veillée. Il y avait des miques et du bon vin et aussi la Mariota. Ah mon ami quelle bonne soirée, si ce n'était pas cela le paradis ! Tout cela mis de côté, les commérages des lavoirs tracassaient le Pierihot nuit et jour et le grand problème consistait à savoir si la Mariota dormait toute seule. Minuit venait de sonner, monsieur le curé montait dans sa chambre pour aller dormir et Mariota était allé chercher un fagot de branchage pour le feu du matin.
Pierilhot attrapa les pincettes dans la cheminée, les entortilla dans un torchon qui séchait sous le manteau de la cheminée et les fourra dans le lit de la servante qui se trouvait au fond de la cuisine derrière un rideau. Et depuis ce jour là, impossible à la cure de trouver ces pincettes.
Mariota, au bout de la semaine, en fit part au sacristain qui arrivait sous son grand béret et qui déclara tout net à la Mariota, connaître la cachette et l'y conduire directement. Et Pierilhot de dire que si la Mariota avait dormi dans son lit, elle aurait trouvé les pincettes dès le premier soir. Fort de cette preuve formelle, le Pierilhot s'approcha de Mariota toute confuse et lui dit à l'oreille :
- Si tu consens à devenir ma femme personne ne connaîtra l'histoire. Cela sera notre secret jusqu'à la mort.
Mariota, pour éviter le scandale, se fiança au Pierilhot et le soir, heureux pour deux, le sacristain sonna l'Angélus bien plus longtemps que les autres jours et avec deux cloches au lieu d'une. Trois mois plus tard le bon curé d'Artiguevieille célébra ce mariage et l'archevêque lui procura une nouvelle servante qui avait soixante ans bien sonnés.
Je n'ai pas besoin de vous donner des explications, tout le monde aura compris pourquoi !


                                                      Joseph REMAUT